Logo INRS
English
Version imprimable
Logo Planète INRS

Un diplômé travaille pour une multinationale des technologies de l’automatisation

Guillaume Girard, maestro d'instruments de mesure
11 septembre 2013 // par Pascale Guéricolas

Enfant, Guillaume Girard adorait dessiner des schémas et des tableaux, comme d’autres se lancent dans les mangas ou le détail de la panoplie de Superman. À 33 ans, ce titulaire d’une maîtrise en sciences de l’énergie et des matériaux, obtenue en 2005 au Centre Énergie Matériaux Télécommunications de l’INRS, poursuit dans la même veine, soit donner du corps aux systèmes qui naissent de son imagination. Sauf qu’il a troqué le papier pour un tableau blanc magnétique et qu’il travaille de concert avec ses collègues ingénieurs et ses clients.

 

Depuis 2008, cet ingénieur des systèmes évolue au sein de l’unité d’affaires Analytique – Produits de mesure d’ABB à Québec. Cette entreprise, qui compte 145 000 employés dans une centaine de pays dans le monde, développe et fabrique notamment des instruments d’analyse des gaz dans l’espace pour l’Agence spatiale canadienne, des instruments de mesure pour le contrôle des polluants rejetés par divers types d’industries ou des applications destinées à l’industrie pétrochimique. Une diversité de projets qui colle bien aux intérêts professionnels de Guillaume Girard. « Je considère mon métier un peu comme celui d’un chef d’orchestre, lance-t-il en souriant. Je prends d’abord connaissance des besoins techniques des clients, puis nous cherchons une solution en équipe. Chaque ingénieur spécialisé en électronique, en optomécanique ou en logiciel conçoit ensuite une partie de l’instrument. Je participe avec mes collègues aux tests du prototype, avant de vérifier avec le client si le produit final lui convient. »

 

École de recherche

Son séjour de quelques années dans le Laboratoire de sources femtosecondes (ALLS) de Jean-Claude Kieffer, professeur au Centre Énergie Matériaux Télécommunications de l’INRS, l’a bien préparé à ce rôle de coordonnateur de talents. En effet, Guillaume Girard a été plongé assez vite dans la réalité d’un milieu de recherche stimulant, conjuguant des professionnels du milieu hospitalier et des scientifiques universitaires. Codirigée par le professeur Kieffer et Isabelle Brunette, médecin à l’Hôpital Maisonneuve-Rosemont et professeure au département d’ophtalmologie de l’Université de Montréal, sa maîtrise en sciences de l’énergie et des matériaux lui a donné l’occasion d’améliorer les méthodes de microchirurgie au laser utilisées pour corriger certaines maladies de la cornée.

 

À ce moment-là, Guillaume Girard aurait pu poursuivre un doctorat. Or, après cette expérience de recherche appliquée, le domaine industriel l’attirait davantage. Il a donc choisi de travailler comme professionnel de recherche avec Jean-Claude Kieffer dans le cadre d’un projet ayant pour but d’équiper d'un laser fonctionnel un laboratoire de l’Hôpital Maisonneuve-Rosemont afin de poursuivre la recherche sur la chirurgie de la cornée. Ce projet original a séduit son employeur actuel, ABB, quand Guillaume Girard a postulé son emploi actuel.

 

« Sur papier, je n’avais peut-être pas l’expérience la plus percutante en matière d’ingénierie des systèmes, mais ma méthodologie de travail et mes connaissances développées à l’INRS sont vraiment ressorties lors de mon entretien d’embauche », remarque l’ingénieur. Le fait de côtoyer plusieurs années un visionnaire comme Jean-Claude Kieffer l’a incité à nouer d’autres collaborations, à rencontrer de nouveaux experts. Par exemple, le jeune homme a suivi l’École d’été de l’OTAN il y a quelques années pour en apprendre davantage sur la biophotonique.

Risque 0, fiabilité 100 %

Tout ce bagage lui permet désormais de percevoir les besoins de ses clients et de coordonner efficacement le travail de ses collègues. Ces qualités sont particulièrement importantes lorsqu’il s’agit de réduire à 0 les risques de défaillance des instruments mis au point par ABB. Par exemple, un détecteur de gaz polluant dans un incinérateur ne peut se permettre d’afficher ses mesures parfaitement 362 jours par an; il doit être fiable au quotidien. Il en va de même pour les instruments opérationnels mesurant la pression, la température et l’humidité à l’intérieur de certaines colonnes atmosphériques ou des applications permettant d’établir une cartographie précise toutes les quinze minutes, installées sur les satellites au-dessus du Grand Nord canadien.

 

Et l’avenir, comment le voit Guillaume Girard? « J’ai beaucoup d’opportunités pour apprendre ici, chez ABB, et je participe à des projets de plus en plus importants, répond le jeune homme. J’apprécie beaucoup aussi le lien que je développe avec les autres diplômés de l’INRS. » Depuis mai dernier, il s’est d’ailleurs joint au comité directeur du tout nouveau Réseau INRS, qui regroupe ceux et celles qui ont obtenu leur diplôme depuis une quarantaine d’années. Ce communicateur enthousiaste y voit l’occasion d’élargir encore ses horizons et d’améliorer ses connaissances. ♦

 

ABB

Le Réseau INRS sur LinkedIn

La page Linkedin de Guillaume Girard

 

Vous avez aimé cet article? Partagez-le.

Share

 

 


Contrat Creative Commons« Un diplômé travaille pour une multinationale des technologies de l’automatisation : Guillaume Girard, maestro d’instruments de mesure » de l'Institut national de la recherche scientifique (INRS) est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Paternité - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 2.5 Canada. Les autorisations au-delà du champ de cette licence peuvent être obtenues en contactant la rédaction en chef. © Institut national de la recherche scientifique, 2013 / Tous droits réservés / Photos © Christian Fleury

Articles récents

Énergie Matériaux Télécommunications

Webzine

Procédé électronique bon marché, écologique et sécuritaire en sciences des matériaux ...

Webzine

Un diplômé invente un système d'analyse du son pour améliorer l'audition des malentendants ...

Webzine

Un diplômé innove dans une PME spécialisée en nanomatériaux ...

Webzine

Federico Rosei, titulaire d'une première chaire de l'UNESCO sur l'énergie ...

Webzine

Créer le réseau 5G ...

Webzine

Des antennes nouveau genre pour contourner la pénurie de fréquences radio ...